Brexit : que peut-il se passer?

La première semaine du mois de septembre s’annonce mouvementée au Parlement britannique, où de nombreux députés britanniques vont tenter de légiférer dans l’urgence afin d’empêcher une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne sans accord.

Face à Boris Johnson, qui prévoit de suspendre les travaux parlementaires du 9 septembre au 14 octobre, une loi forçant le gouvernement à demander un report du Brexit et/ou une motion de défiance figurent parmi les possibilités pour éviter un no deal.

Un projet de loi contre le no deal

Le Parti travailliste, principale force d’opposition aux conservateurs au pouvoir, a effectivement annoncé son intention de présenter dès le 3 septembre un projet de loi pour contraindre Boris Johnson à demander un report du Brexit aux Européens.

Par ailleurs, il n’est pas certain que le gouvernement respecte une éventuelle loi « anti-no deal » du Parlement. 

Une motion de défiance contre Boris Johnson ? 

Autre levier de contestation pour le Parlement : « une motion de défiance à l’encontre du gouvernement conservateur, qui dispose d’une très courte majorité parlementaire, seulement 320 sièges contre 319 pour ses opposants« , lit-on dans Le Figaro

Mais là encore, rien ne garantit qu’une telle initiative aboutirait. « Nul ne sait quand cette arme pourrait être dégainée » et « il reste en effet à savoir si les opposants à la politique de Boris Johnson, qu’ils soient travaillistes, conservateurs ‘modérés’ ou autres, sauront unir leurs voix » commente le journal. « Pour l’heure, la contestation se fait en ordre plutôt dispersé »



Source: Toute l’Europe

Pour plus d’informations: Euronews

Image à la une : Pixabay